Espagne1Par Benjamin Nsengiyumva, SJ
Universidad de Comillas, Espagne

« J’avais l’impression de participer à un rite païen », s’exclamait le jeune Xavier à propos de la scène du Gethsémani qu’on venait de célébrer la nuit du Jeudi Saint, au cœur d’une forêt engloutie dans l’obscurité absolue de la nuit, où seul l’éclat de quelques flambeaux lumineux éclairaient la Croix et les lectures de la Passion. C’était dans un petit village de Celorio, à la côte de la Mer Cantabrique, au pied de hautes montagnes du Nord de l’Espagne, qui est l’un de nombreux sites où les Jésuites organisent l’expérience de la Semaine Sainte pour des centaines de jeunes étudiants de Collèges et Universités. Ici on n’a pas simplement célébré la Pâques comme fête annuelle importante de la vie, mais plutôt une expérience vivante de proximité profonde au mystère pascal.

 

Un aspect particulier de ces célébrations fut l’approfondissement du sens des symboles de la Semaine Sainte. Ces jeunes ont pu ‘goûter’ au corps du Christ avec le pain sans levain, sous l’invitation profonde à la vie du corps communautaire ; se « sont laissées purifier » par l’eau, avec l’invitation aux aînés de laver les pieds des plus jeunes, et ainsi un appel indirect à servir ; ont pu « contempler » la lumière d’une bougie scintillante que chacun plaçait dans une vase perforée, en papier-carton symbolisant la vie fragile de chacun marquée de blessures et de douleurs dont le Christ seul peut éclairer et donner du sens ; ces jeunes se sont également laissés « interpeller » par la Parole qu’ils lisaient, méditaient et faisaient écho pendant les moments de partage. Mais au sommet de tout, ces jeunes ont pu accompagner le Christ glorieux acclamé par son peuple, le Christ abandonné par les siens, le Christ souffrant du péché du monde, le Christ crucifié par les puissants, et finalement le Christ exulté à la résurrection.

Un moment de cette célébration à de multiples facettes m’a particulièrement ému : ‘le chemin vers Golgotha’ du Vendredi Saint. Apres la célébration du sacrement de réconciliation pour ‘pénitents’ aux pieds nus trempés dans l’eau glacée de la mer, nous avons fait le chemin qui montait jusqu’au sommet de la montagne, où la scène qui culmine le ‘chemin de la croix’ était montée. Sans exagération de symbolismes liés à ce moment de la mort du Christ, on a fait geste de remémorer la crucifixion : trois croix étaient assemblées aux trois clous chacune, avec l’aide d’explication méditative. Et puis, l’invitation était lancée à chacun de laisser sa marque sur la Croix ! Moyennant la peinture, chacun s’exécutait, marquant son sceau de main ou de pied. Je dois confesser que je n’ai compris ce geste que plus tard : qu’au fond, en laissant sa marque sur la croix visible, c’est plutôt la croix du Christ qui laisse sa marque sur moi ! Et effectivement que le contact intérieur avec le Crucifié nous donne à vivre la vie du Christ dans sa plénitude profonde.Benjamin Espagne

A la fin de cette expérience intense, tous témoignaient de l’effet transformateur qu’ils avaient vécus. Même quelques universitaires qui avaient, au début, partagée de leurs difficultés de croire dans un contexte moderne de plus en plus sécularisé, pouvaient en fin témoigner qu’ils avaient rencontré le Christ. Les symboles qui accompagnent le mystère pascal, qui souvent paraissaient comme monuments antiques, avaient retrouvé un dynamisme qui fait communier profondément a la vie du Christ. Tous rentraient marqués par le crucifié, avec une mission de témoigner, par leur vie de chaque jour, l’intimité avec le ressuscité.

Pray With us

praywithusPray As You Go -Ignatian Spirituality

Become a Jesuit

becomeajesuit2Do You Have a Calling to Serve Christ?
Learn More

Support Our Work

makeadonationMake a difference, Make a DONATION

 

Connect with Us

Call Us: +250 789 969 587
Email: info.sjrwb@gmail.com