mercredidescendresDans son message pour le Carême, le Pape souhaite inviter l’Eglise entière à vivre ce temps de grâce dans la joie et en vérité comme un signe sacramentel de notre conversion. C’est dire que notre démarche personnelle s’inscrit dans un contexte aussi large que le monde, dans la communion à l’Eglise et l’attention aux réalités et aux problèmes du monde contemporain. Il intitule d’ailleurs son texte : « À cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira » (Mtt 24, 12). Il s’agit de nous confronter – c’est un combat spirituel – à toutes les formes de manque de charité, dont le Pape nous donne quelques signes : l’égoïsme, l’orgueil, le pessimisme stérile qui détruisent le cœur de l’homme et qui pervertissent les cultures et s’expriment en violence et en injustice vis-à-vis « de l’enfant à naître, de la personne âgée malade, de l’hôte de passage, de l’étranger, mais aussi du prochain qui ne correspond pas à nos attentes ».

Plus largement encore : « La création, elle aussi, devient un témoin silencieux de ce refroidissement de la charité : la terre est empoisonnée par les déchets jetés par négligence et par intérêt ; les mers, elles aussi polluées, doivent malheureusement engloutir les restes de nombreux naufragés des migrations forcées; les cieux – qui dans le dessein de Dieu chantent sa gloire – sont sillonnés par des machines qui font pleuvoir des instruments de mort. »

Je lis dans ces brèves citations une forte invitation à dépasser une perspective étroite, individualiste sur notre engagement personnel et à situer notre temps de Carême les yeux ouverts sur le monde où nous vivons, ses détresses, son péché mais aussi ses appels.

Le Pape peut alors nous inviter à une pratique renouvelée des expressions traditionnelles de la pénitence : la prière, l’aumône, le jeûne.

« En consacrant plus de temps à la prière, nous permettons à notre coeur de découvrir les mensonges secrets par lesquels nous nous trompons nous-mêmes, afin de rechercher enfin la consolation en Dieu. Il est notre Père et il veut nous donner la vie. »

Comme je voudrais que l’aumône puisse devenir pour tous un style de vie authentique ! Comme je voudrais que nous suivions comme chrétiens l’exemple des Apôtres, et reconnaissions dans la possibilité du partage de nos biens avec les autres un témoignage concret de la communion que nous vivons dans l’Eglise.

Le jeûne enfin réduit la force de notre violence, il nous désarme et devient une grande occasion de croissance. D’une part, il nous permet d’expérimenter ce qu’éprouvent tous ceux qui manquent même du strict nécessaire et connaissent les affres quotidiennes de la faim ; d’autre part, il représente la condition de notre âme, affamée de bonté et assoiffée de la vie de Dieu. Le jeûne nous réveille, nous rend plus attentifs à Dieu et au prochain, il réveille la volonté d’obéir à Dieu, qui seul rassasie notre faim.

Par P. André Bouillot, SJ

Pray With us

praywithusPray As You Go -Ignatian Spirituality

Become a Jesuit

becomeajesuit2Do You Have a Calling to Serve Christ?
Learn More

Support Our Work

makeadonationMake a difference, Make a DONATION

 

Connect with Us

Call Us: +250 789 969 587
Email: info.sjrwb@gmail.com